Remerciements pour la soirée Singla-Népal

Un grand MERCI pour votre présence et votre aide à cette belle et sympathique soirée Singla Népal

Bernard Fracheboud
Bénévole de notre section qui nous a convié à participer à la soirée


Namaste à vous toutes et tous,

Membres du comité et Bénévoles venus d’ici, des environs, de la FSA, de la rive droite, de France voisine, même du Valais et d’ailleurs …

Au lendemain de cette fort sympathique soirée d’anniversaire, qui selon de nombreux échos reçus de nos convives, a été une réussite totale !

Ce succès tient de votre dévouement, de votre précieuse collaboration ainsi que de votre bonne humeur depuis le matin jusque avant minuit, notamment pour :

– La préparation du repas dans la joie et l’enthousiasme !
– La très belle décoration originale de la salle des fêtes et la judicieuse disposition des tables longuement réfléchie !
– La caisse des entrées tenue avec compétences et classe !
– Les excellents “papadom” confectionnés avec maîtrise !
– Les tortellinis, le Dal Bhat et le dessert tout simplement délicieux (très certainement les meilleurs depuis le début) !
– La buvette avec de bons vins et l’apéritif offert, bonne formule !
– Le service aux tables stylé et approprié !
– Le stand “artisanat” très bien achalandé tenu avec efficacité et charme !
– La qualité (diapos et commentaires) de la rétrospective 2009/2019 !
– La remise en état des locaux très rapide et performante !
– et enfin une pensée amicale aux 2 dames cachées au sous-sol et chargées de laver la vaisselle …

Bref, c’était top à tout niveau et espère juste de n’avoir oublié aucune commission ?
(Merci de me le signaler, le cas échéant)

Encore mille mercis et ma profonde gratitude pour votre engagement envers Singla-Népal!

Gros becs aux dames et meilleures salutations.

A très bientôt pour les uns et à la prochaine pour les autres!

Didier Tavernier
Président de l’association Singla Népal


Nous vous invitons à revivre les sons fabuleux entendus à la soirée Népal en écoutant un reportage sur la thérapie par les sons avec les bols chantants Tibétains.

Le parcours du combattant des malvoyants en ville

par Pauline Rumpf – Pour la journée internationale de la canne blanche mardi, la Fédération des aveugles et malvoyants proposait aux passants de tester le déplacement citadin sans la vue.

Best of en vidéo.

Comment trouver son chemin en ville quand on y voit mal ou pas du tout? C’est l’expérience qui a été proposée aux passants de plusieurs villes, hier, pour la Journée internationale de la canne blanche. L’action a notamment sensibilisé le public au fait de dégager les lignes en relief qui servent de guide aux abords des gares et grands axes.

«Quand les gens sont dessus, ils se poussent, sauf s’ils ont le nez dans leur smartphone, explique Pierre Calore, président de la section vaudoise de la Fédération des aveugles et malvoyants. C’est plus grave quand c’est des sacs, des bagages ou des vélos… ou une trottinette électrique qu’on ne détecte pas par l’ouïe.» Un constat d’insécurité partagé par les testeurs.

Source de l’article 20min.ch

D’un handicap à une capacité qui sauve des vies !

Sauver des vies, c’est le défi que propose l’association discovering-hands

En 2011, le gynécologue allemand Frank Hoffmann a mis au point une nouvelle méthode de détection précoce du cancer du sein dans laquelle il utilise le sens tactile supérieur des femmes aveugles ou ayant une déficience visuelle sévère pour les examens de palpation du sein féminin.


Le sens du toucher qui fait la différence

 

Cette méthode ayant rapidement fait ses preuves il a créé des entreprises sociales dans différents pays sous le nom de discovering hands®

Une équipe de projet de 3 personnes a été chargée d’introduire le programme discovering hands® en Suisse.

Il est prévu de créer deux sociétés pilotes à Genève et à Zurich, qui proposeront des examens de palpation du sein sous l’égide de pretac+ l’association suisse pour le dépistage tactile.

Pour cela l’association recrute actuellement des Examinatrices Médicales Tactiles (EMTs) aveugles ou malvoyantes qui suivront une formation théorique et pratique de 9 mois.

Lire le flyer de recrutement

Cette formation vous intéresse ?

N’hésitez pas à contacter Chrystèle Schoenlaub chrystele.schoenlaub@discovering-hands.ch

La Fête des Vignerons vue par des aveugles

A l’occasion de la représentation du jour, nous avons suivi un groupe de spectateurs « handicapés de la vue » qui ont mis tous leurs sens en éveil pour jouir eux-aussi pleinement de l’historique spectacle.


Chaque «handicapé de la vue» était escorté d’un guide voyant qui lui a décrit le spectacle. Image: Le Matin/Darrin Vanselow

 

«Je suis contente d’avoir pu voir ça avant de perdre complètement la vue! Si je n’étais pas venue, j’ai la sensation qu’il me serait manqué quelque chose du patrimoine suisse!»

Il y a vingt ans, Marie Lorwich, 52 ans, pensait pourtant que la Fête des Vignerons était un truc de vieux. La rétinite pigmentaire, redoutable maladie génétique dégénérative et irréversible, ne s’était pas encore déployée en elle avec son cortège de souffrance mais aussi d’éclairantes prises de conscience… Ce mardi à Vevey, ils étaient une trentaine de membres de la section vaudoise de la Fédération suisse des aveugles (FSA), comme elle, à être venus assister à la représentation diurne du spectacle.

La Suisse plutôt en avance

Leur arrivée au pied de l’entrée F de l’arène de 20 000 places n’est pas passée inaperçue. Fendant la foule, coiffés de casquettes bleues portant le sigle de leur association, armés de leur canne blanche et escortés d’un accompagnateur voyant chacun, ces spectateurs pas tout à fait comme les autres se réjouissaient d’assister au spectacle à leur façon.

A savoir un peu avec la vue pour ceux qui en avaient encore, et aussi beaucoup avec les oreilles et leurs autres sens. «C’est clair qu’on ne va pas tout voir mais nos accompagnants vont nous décrire ce qui nous échappe et nous allons capter l’ambiance», expliquait Pierre Calore avant le début du spectacle.

L’Aiglon de 52 ans préside la section vaudoise de la FSA et se bat pour que la culture reste accessible à ceux qu’ils appellent «les handicapés de la vue». En Suisse, la chose est en assez bonne voie. Certains musées ou même certains cinémas jouent par exemple le jeu de l’audioguide, mais il y a encore du travail.

Le metteur en scène conquis

Apparemment, le Tessinois Daniele Finzi Pasca, metteur en scène du spectacle le sait. Le Tessinois a en effet intégré des handicapés parmi les 5 500 acteurs-figurants officiant dans sa création. Abordé avec culot en plein préparatifs d’avant spectacle par Marie Lorwich, le quinquagénaire lui prend les mains chaleureusement et échange avec plaisir avec elle, là où on s’attendait au mieux à une sorte d’agacement contenu vu les circonstances.

«Ça ne me surprend pas de voir des malvoyants ici. La perception des choses va bien au-delà de la vue. Certains chamans, capables de ressentir des choses se passant à des kilomètres d’eux, le montrent», lâche ensuite mystérieusement l’artiste avant de replonger dans ses préparatifs.

La vue baisse mais la lucidité augmente…

Ici, les handicapés de la vue sont bichonnés. Ils sont assis à quelques mètres de la scène. L’air déplacé par les comédiens leur rafraîchit le visage en ce jour de canicule. Le bruit de leurs pas se prolonge en vibrations jusqu’à eux. Leurs parfums viennent éveiller leurs narines. «Et puis il y a leur joie communicative, qui même dans la pénombre ou le noir total, se ressent», confie Sabrina Faretra, qui ne voit plus que des ombres mais qui reste lumineuse malgré ou même grâce à cela.

La mère de famille de 43 ans a fini par accepter son handicap et comme beaucoup d’autres ayant parcouru avant elle ce douloureux chemin, elle y a gagné en sérénité, et paradoxalement, en lucidité. La Vaudoise se voit comme une battante. Aucun déplacement ne lui fait plus peur. Les bains de la Gruyère ou encore l’ONU à Genève ont déjà eu droit à ses visites.

Tout commence et finit autour d’un verre

«Aujourd’hui, je suis comblée. Je partage beaucoup avec d’autres personnes handicapées de la vue. Nos visions se complètent ou se recoupent. Il y a beaucoup de partage. Tous nos autres sens sont en éveil, ce qui nous permet de jouir nous aussi de cette fête des vignerons.»

Celui du goût sera mis à contribution lors du banquet d’après spectacle. La joie ambiante est amplifiée dans les décis de bon blanc et les partages qui en découlent. Pierre Calore jubile: «Sur un événement comme celui-là, on est happé par nos ressentis. Moi par exemple, le «Ranz des vaches» m’a donné des frissons. Alors on ne voit pas tout c’est bien clair, mais quel grand bol d’émotions!»

Source de l’article: Le Matin

Le numéro de l’hôpital pour aveugles a été usurpé

Un ou des individus usurpent depuis jeudi le numéro de téléphone principal de l’hôpital ophtalmique à Lausanne. L’établissement met en garde la population et a déposé plainte.


L’hôpital précise que le numéro principal pour atteindre la réception ou les urgences, soit le 021/626 81 11, reste actif. (Photo: DR/ophtalmique.ch)

 

Pour des raisons encore inconnues, un individu utilise ce numéro lors de ses appels sortants, indique vendredi l’hôpital dans un communiqué. Cette pratique, qui consiste à faire apparaître sur l’écran du destinataire un autre numéro que celui de l’appelant, porte le terme de «spoofing».

Depuis jeudi après-midi, une centaine d’appels de ce type ont été référencés par le central de l’hôpital, précise à Keystone-ATS le service de communication. Les destinataires se trouvent pour la plupart dans les cantons de Vaud, Fribourg, Berne et Valais.

Les téléphones ne visent pas les patients. «Les personnes reçoivent un appel qui est immédiatement interrompu et rappellent ensuite notre hôpital. Ou elles ont un contact très bref avec une personne», précise le service de communication.

La Direction de la Fondation Asile des aveugles a déposé plainte. L’hôpital précise que le numéro principal pour atteindre la réception ou les urgences, soit le 021/626 81 11, reste actif.

Des ateliers pour les aveugles et malvoyants à La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel

La section neuchâteloise de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants invite les personnes souffrant d’un handicap de la vue à des portes ouvertes à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds pendant tout le mois de juin.


Aveugles et malvoyants sont souvent isolés et peinent à sortir de chez eux.David Marchon

 

Pour mieux se faire connaître, la section neuchâteloise de la Fédération suisse des aveugles et des malvoyants ouvre ses portes au public une fois par semaine durant tout le mois de juin, à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds. Objectif de cette action: offrir des cours et des ateliers créatifs de bricolage aux personnes souffrant d’un handicap de la vue, dans des endroits conviviaux et avec un esprit de partage.

«Les aveugles et malvoyants sont des gens qui n’ont pratiquement pas de visites, qui sont isolés. Ils auront ainsi l’occasion de partager leur vécu», explique Clémentine Tschappat, formatrice au sein de la Fédération, en précisant qu’elle a également envie de les «faire sortir» et de partager ses connaissances avec eux.

Ces activités créatives sont encadrées par des responsables qualifiés et adaptées aux besoins des personnes aveugles ou malvoyantes, ainsi qu’aux diverses classes d’âge. «De nombreux participants se sont déjà découvert des talents insoupçonnés dans diverses techniques artisanales, textiles ou figuratives, toutes adaptées aux handicaps visuels», assure Clémentine Tschappat.

INFOS PRATIQUES

Neuchâtel: les mercredis 5, 19 et 26 juin de 14h30 à 17h, paroisse Saint-Norbert, rue de la Dîme 81. Renseignements au 079 156 51 62.
La Chaux-de-Fonds: chaque jeudi de juin de 14h à 16h30, rue du Doubs 107. Renseignements au 079 156 53 11.

Source: Arcinfo.ch

Sursauter à l’arrêt de bus pour le bien des aveugles

par Lucie Fehlbaum – Les bornes d’info des transports publics ont désormais une voix. Les aveugles disposent d’une télécommande pour la déclencher.


 

La foule est compacte à l’arrêt TPG. Il est 17h30, les travailleurs rentrent chez eux, les élèves d’un collège tout proche traînent encore un peu. Sortie de nulle part, une voix robotique s’élève: «ligne 43, en direction de Loëx-Hôpital, prochain départ dans 2 minutes». Sursaut général. Qui a parlé?

La scène se reproduit régulièrement depuis deux mois et les Genevois feraient mieux de s’y habituer. Cette soudaine effusion vocale des bornes d’informations TPG est indispensable aux personnes aveugles et très malvoyantes. Elles disposent d’une télécommande qui enclenche la fonction. Plus de doute possible sur la ligne et la destination, ni sur le temps d’attente. «Nous avons testé ce dispositif dès novembre avec l’Association pour le Bien des aveugles (ABA), indique François Mutter, porte-parole des TPG. Le test a été concluant et nous avons fini d’équiper nos 180 bornes au début du printemps.»

«Nous souhaitions du son depuis longtemps, se réjouit Bernard Jost, chargé de projet à l’ABA. Cela existe à Berne sous la forme d’un bouton posé sur la borne. A Genève, les autorités sont parties du principe que les gens appuieraient dessus en boucle pour casser les pieds de tout le monde. Nous avons trouvé le compromis de la télécommande.» Pas plus grande qu’une pièce de 5 francs, elle sera utile à 200 utilisateurs. Pour l’heure, l’ABA en a distribué à 50 de ses membres. «Les TPG nous ont offert les 100 premières, que nous distribuons petit à petit. Nous achèterons les 100 suivantes grâce à nos soutiens.» Seul regret de Bernard Jost, l’objet est destiné aux seuls autochtones. «Avec une application, les touristes très malvoyants ou aveugles pourraient géolocaliser les bornes et enclencher la fonction vocale par Bluetooth,» imagine-t-il.

Source: 20min.ch

Spectacle « Not Alone » avec The Nightingale Project

The Nightingale Project est un projet créé par Lucy Nightingale il y a quatre ans.

Un des objectifs est de permettre aux personnes aveugles et malvoyantes de continuer à danser, en compagnie des danseurs et danseuses sans handicap.

Le nouveau spectacle « Not Alone » est une pièce dansée par 4 danseuses malvoyantes et 4 danseurs professionnels de Hip-hop. Il s’agit d’un voyage à travers les émotions, la musique et la danse. Le but est de communiquer aux spectateurs le message « Allez au-delà de vos limites! ».

Voici une description du spectacle, que nous allons présenter pour la première fois à Genève, le samedi 1er juin.

Cette chorégraphie se déroule en deux parties :
La premièrement en image les quatre danseuses. Elles dansent ensemble leur solitude, puis arrivent les quatre danseurs et se fondent dans le mouvement. On passe alors à la deuxième partie, d’ambiance très différente. C’est une danse baroque légère, ou les danseurs et danseuses se déplacent sur des trajectoires géométriques. Il faut préciser ici les costumes : les danseurs sont habillés avec des smokings contemporains, alors que les danseuses portent des robes baroques…

Voir le teaser du spectacle “Not Alone”

Programme pour le 1er juin:

Come and support us.
à partir de 11h.
Plainpalais a 11h vers la buvette
12h au Jardin d’Anglais sur Le quai.
13h pont de la Machine
14h Place Bourg du Four.
15h Bains de Pâquis.

Programme pour le 2 juin:(renseignements à venir)

Il empiète sur les lignes de guidages dévolues aux malvoyants, mais on ne lui en veut pas…

Six mois après son marquage, le guidage pour aveugles est contrarié par une installation artistique, sur la place de la Gare de Bienne. La faute à l’artiste Thomas Hirschhorn? «Pas du tout! Sa sculpture a été planifiée lorsque le guidage n’existait pas», rectifie Esther Garo, la malvoyante qui a conduit le projet de lignes blanches.


La sculpture de l’artiste se construit sur les lignes blanches dévolues aux malvoyants. L’artiste est pourtant dédouané.


En sortant de la gare, le lignage tactilo-visuel haut de 3 millimètres à l’usage des malvoyants est temporairement interrompu. Pour accéder aux bus et aux trolleys, il convient de contourner l’amas de palettes. Image: DR

 

En sortant de la gare, le lignage tactilo-visuel haut de 3 millimètres mène aux bus et aux trolleys, à condition désormais de contourner l’amas de palettes qui sert d’infrastructure à la Robert Walser-Sculpture imaginée par Thomas Hirschhorn, invité par l’association Expositions suisses de sculpture.

Quelqu’un d’attentif

La signalétique en relief posée à la va-vite sur la place de Gare satisfait Esther Garo: «Nous avons trouvé en Thomas Hirschhorn quelqu’un de très attentif aux préoccupations des handicapés», indique-t-elle. La preuve: des rampes accessibles en chaises roulantes apparaissent dans la structure en construction, l’ouverture de l’exposition étant fixée au 15 juin.

L’interruption du lignage tactile est désormais signalée sur le sol et ceux qui tiennent une canne blanche n’ont qu’à suivre les palissades pour retrouver leur chemin. Sur le grillage, les voyants sont sensibilisés à la déficience visuelle: «Les règles: Garder les chemins dégagés. Ne mettez rien contre le mur. Prêter assistance», indiquent les affiches jaunes.

source:(lematin.ch)

100 chanteurs Gospel et musiciens sur scène au profit du GRSA

De retour après une présence remarquée lors de « Lumina 2017 » à St-Maurice, le Spirit of Hope fête ses 25 ans d’existence au Théâtre du Martolet le 4 mai à 16h30. Pour l’occasion il sera entouré de l’Orchestre Philarmonique du Collège de Wettingen. Cet événement exceptionnel est unique et public (chapeau à la sortie) au profit du GRSA (Groupement Romand des skieurs aveugles et malvoyants) qui fête également 50 ans d’existence en 2019.

Les 25 ans du “Spirit of Hope”

Le Spirit of Hope fait désormais partie des Chœurs Gospel qui comptent en Suisse. Il se trouve que St-Maurice (VS) est jumelée à Obersiggenthal (AG) et que c’est justement dans cette localité qu’a été créé il y a 25 ans le Spirit of Hope. Avec les années, le chœur a développé sa joie de chanter, un style fait de puissance, de cœur et de conviction pour un répertoire qui nous embarque entre classique et contemporain. A St-Maurice le 4 mai, les 60 chanteurs et musiciens seront accompagnés par 40 jeunes du Philamonischer Orchester Kantonsschule Wettingen pour une prestation unique dans le cadre des Jubilés de « Spirit of Hope » et du « GRSA ».

Écouter un extrait de la play-list du Spirit of Hope sur le site www.spiritofhope.ch

Les 50 ans du GRSA

Le Groupement romand de skieurs aveugles et malvoyants (GRSA) qui pour célébrer ses 50 ans invite le public et ses membres à découvrir le nouveau programme de « Spirit of Hop » a été fondé à Lausanne le 9 mai 1969. Il compte 380 membres répartit dans toute la Suisse. Le but du groupement est de favoriser la pratique du ski et de ses dérivés pour les personnes en situation de handicap visuel. La personne concernée (veste jaune) et son guide (veste rouge) forment un tandem durant une activité. Ils partagent en toute sécurité les joies de la glisse, dans un esprit de complicité. Durant une saison le groupement cumule au total près de 900 jours de ski.

Visiter le site du Groupement romand de skieurs aveugles et malvoyants (GRSA)

Le challenge est de se mobiliser en faveur du GRSA et remplir les 900 places du Théâtre du Martoret à St-Maurice pour assister à 1h45 de pur plaisir vocal et musical.

Pour soutenir cet événement vous pouvez télécharger et diffuser ce flyer auprès de tous

Écouter le flash spécial de Radio Chablais partenaire de cet événement