Les personnes aveugles et sourdes vivent des moments compliqués

Les personnes aveugles et sourdes sont également touchées par la pandémie de coronavirus. Elles rencontrent notamment des difficultés à respecter les consignes de l’Office fédéral de la santé publique ou à accéder à l’information.

Le quotidien difficile des personnes sourdes et malvoyantes en pleine pandémie Le 12h30 / 2 min. / samedi à 12:32

L’OFSP demande à la population de maintenir deux mètres de distance entre chaque personne. Mais comment respecter cette mesure sanitaire lorsqu’on est aveugle?

“En ce qui me concerne, j’arrive encore à percevoir les gens à 5 ou 10 mètres, donc je sais quand elles sont trop près de moi. Mais c’est vrai que c’est un gros problème pour les personnes aveugles, parce que quand elles avancent avec leur canne elles ne peuvent pas percevoir cette distance sociale”, explique Laurent Castioni, président de la section genevoise de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA), samedi dans le 12h30.

“Je demande à tout le monde de tenir ses distances en présence de quelqu’un qui est aveugle ou malvoyant car ce n’est pas toujours une possibilité pour la personne elle-même”, ajoute-t-il.

Accès à l’information

La situation est différente pour les personnes sourdes. La distanciation sociale n’est a priori pas un problème, mais c’est notamment l’accès à l’information qui a été très compliqué au début de la pandémie.

Imaginez être dans une situation où vous percevez qu’il existe une menace mortelle, mais que toutes les informations sont dans une langue étrangère. Il y a certes les informations écrites, mais là encore pour certaines personnes qui ont appris la langue des signes, cette information est tout simplement incompréhensible.

Des choses se sont rapidement mises en place depuis. L’accès à l’information télévisée avec la langue des signes a notamment été renforcée.

Isolement

Il y a aussi la problématique des personnes qui cumulent les deux handicaps, c’est ce qu’on appelle la surdicécité. Ces personnes sont en grande partie âgées et donc à risque, elles doivent donc rester à la maison.

En temps normal, elles ont besoin d’un accompagnement individuel pour la plupart de leurs activités. Un accompagnement qui ne peut plus leur être accordé. La problématique de l’isolement est ainsi renforcée et l’absence de contact humain est parfois difficile.

Pour les différentes associations, garder le contact est essentiel que ce soit par téléphone ou par vidéoconférence. Des activités à distance sont aussi organisées. Le but est aussi de leur faire oublier leur handicap au quotidien et, dans le cas présent, d’oublier durant quelques instants le virus.

Source de l’article: Gabriela Cabré/gma / RTS.ch