Le peuple Suisse s’est prononcé et a refusé l’initiative No Billag

C’est une belle victoire pour toutes les personnes handicapées de la vue.

Après une campagne très intense, le “non” des Suisses dimanche à l’initiative “No Billag” visant à supprimer la redevance radio-TV est clair: 71,6% ont rejeté le texte.

Avec le refus massif de l’initiative No Billag, les programmes télévisés dotés de l’audio-description (via une bande-son séparée) pour les téléspectateurs aveugles ou malvoyants pourront continuer à exister !

L’audio-description c’est une voix qui décrit les détails visuels indispensables à la compréhension de l’information diffusée ou de l’action en cours. Ce service permet aux personnes aveugles et malvoyantes de profiter de certaines émissions télévisées, citons par exemple l’émission documentaire REGA 1414 de la Radio et Télévision Suisse (RTS).

Depuis quelques années, avec l’aide des associations de défense des handicapés, la SSR n’a cessé de développer ses prestations en allemand, en français, en italien et en romanche pour les personnes concernées. Elle s’est d’ailleurs engagée à rendre accessible en particulier les émissions des premières chaînes entre 18h00 et 22h30 (prime time) au plus grand nombre de personnes aveugles ou malvoyantes.

C’est un grand soulagement pour toutes les personnes qui se sont impliquées depuis le départ dans ce débat en soutenant le “Non No Billag”.

Si cette victoire est un sérieux revers pour les partisans du projet No Billag il ne faut cependant pas baisser la garde.

Va-t-on vers un statu quo?

“Beaucoup de monde se demande si tout va rester comme aujourd’hui”, a lancé Doris Leuthard. La conseillère fédérale a entendu a plusieurs reprises des phrases comme: “Plus le rejet est élevé et moins il y aura de changements”. Mais le Conseil fédéral est déjà actif.

Cliquez sur l’image pour voir ou écouter la Vidéo

“Le gouvernement a déjà lancé les travaux pour une loi sur les médias électroniques. La facture de la redevance sera réduite à 365 francs par an pour les ménages. Et la SSR ne pourra pas empocher plus de 1,2 millard par an. Elle devra économiser dès l’année prochaine.”

Pour la conseillère fédérale en charge du dossier, Doris Leuthard, le résultat du vote montre clairement que la population ne veut pas de radios et de télévisions purement commerciales. Les Suisses veulent bénéficier d’une offre diversifiée et indépendante, a-t-elle dit lors de la conférence de presse. Les habitants de toutes les régions sont également prêts à payer pour un service public.

Les résultats démontrent la confiance dont jouissent la SSR et les médias privés et régionaux. Toutefois, “cela ne doit pas empêcher de réfléchir aux ajustements qui s’imposent”, rappelle Mme Leuthard.

Tout le monde s’accorde à dire que des réformes sont nécessaires et la SSR annonce un plan d’économies.

Le rejet de l’initiative «No Billag» est «un signe fort pour le service public et les radios et télévisions régionales privées», a dit Gilles Marchand, directeur de la SSR. Celle-ci a pris note des critiques et «ne reste pas immobile»: elle engage un plan d’économies de plusieurs dizaines de millions de francs.

Cliquez sur l’image pour voir ou écouter la Vidéo

La SSR va évoluer, a assuré son directeur devant les médias à Berne. Le résultat du scrutin «n’est pas un aboutissement pour la SSR, c’est un début. Il nous engage à adapter notre entreprise aux nouvelles conditions cadres et aux nouveaux besoins de la société, à l’écoute de ses attentes comme de ses critiques.»

La SSR réduira ses budgets pour s’adapter à la baisse des recettes de la redevance, à leur plafonnement et à l’évolution des revenus commerciaux. Ce plan «d’efficience et de réinvestissement» de 100 millions de francs sera mis en oeuvre dès 2019 et sur cinq ans. Il est constitué d’économies nettes pour 80 millions environ et de réinvestissements pour 20 millions, a détaillé le patron de la SSR.

Des emplois seront également touchés, a concédé M. Marchand. «La SSR va s’entretenir avec les partenaires sociaux et communiquera en temps voulu.»

Coûts de production visés

Les économies toucheront d’abord les processus de production, les infrastructures, la technique, la distribution et les frais administratifs, a poursuivi M. Marchand. Elles concerneront tant la direction générale que les unités d’entreprise régionales.

La concession oblige la SSR à répercuter 50% des revenus de la redevance dans le domaine de l’information, a-t-il ajouté. «Nous allons donc engager davantage de moyens dans l’information et faire des économies ailleurs, par exemple au niveau des coûts de production», a illustré M. Marchand.

«Dès demain, les équipes de la SSR vont se lancer dans ce vaste plan d’économies et de réformes», a assuré de son côté Jean-Michel Cina, président du conseil d’administration de la SSR. «Un plan détaillé sera adopté et des informations plus précises délivrées d’ici l’été.»

Des «missions prioritaires»

Le plan permettra à la SSR de se concentrer davantage sur «trois missions prioritaires»: fournir une information indépendante et équilibrée dans les quatre langues nationales, proposer des productions culturelles diversifiées – notamment dans le domaine du film et des séries suisses, et adapter son offre numérique aux besoins de la société grâce à une plate-forme multilingue.

La SSR se concentrera donc à l’avenir sur son mandat de base, tout en tenant mieux compte de la situation des médias privés suisses, ont promis M. Marchand et M. Cina. Dès 2019, la SSR n’interrompra plus les films diffusés par des blocs publicitaires. Et pour mieux profiler son offre numérique, elle ne publiera plus de textes sans lien avec de l’audio ou de la vidéo sur ses sites d’information.

Régie Admeira évoquée

La SSR cherchera aussi plus activement toute collaboration utile avec les autres médias suisses. Dans le domaine commercial, elle prend acte du maintien de l’interdiction de la publicité online et ne proposera pas de publicité ciblée au niveau régional, même si la régulation l’y autorise un jour.

Elle reste aussi ouverte à toute solution «constructive» concernant sa participation dans la régie Admeira. La co-entreprise publicitaire de Swisscom, de la SSR et de l’éditeur Ringier, lancée en avril 2016, a défrayé la chronique. Les éditeurs privés ont dénoncé une distorsion de la concurrence. La SSR propose notamment de favoriser l’arrivée de nouveaux actionnaires au capital de la société.

Débats à venir

Une volonté de réforme qui sera scrutée de près. Pour les initiants, le débat ne fait que commencer. «Si on exerce à l’avenir une pression politique sur la SSR, elle va devoir se réformer et devenir plus transparente», a réagi Frédéric Jollien, du comité d’initiative. L’UDC, seul grand parti à soutenir l’initiative, assure que le scrutin a ouvert la discussion autour de la SSR.

«Nous étions en avance sur notre temps», a commenté la conseillère nationale Natalie Rickli (UDC/ZH), faisant référence à des revendications exprimées depuis longtemps par son parti comme une cure d’amaigrissement de la SSR, une baisse de la redevance et une exemption pour les entreprises. Désormais, l’UDC est soutenue par des acteurs d’autres bords, selon elle.

Pas de blanc-seing

Le résultat n’est ni un blanc-seing ni une carte blanche en faveur de la SSR, ont d’ailleurs averti les autres partis bourgeois. Il y a des efforts à faire sur le plan de la gestion et de la bonne gouvernance, a dit Dominique de Buman (PDC/FR), président du Conseil national. La redevance doit aussi continuer à baisser, selon le parti démocrate-chrétien.

Le mandat de service public de la SSR doit être redéfini, afin de laisser plus de marge de manœuvre aux médias privés, exigent le PLR et les Vert’libéraux. Le PBD aussi demande que les fonds à disposition de la SSR soient réduits.

Une suppression de l’«impôt médiatique» pour les entreprises a également été évoquée à droite. Un point qui réjouirait l’union suisse des arts et métiers (usam). Son président le conseiller national Jean-François Rime (UDC/FR) a encore critiqué dimanche le «vol» de 200 millions de francs aux entreprises.

Rejeter les attaques

A gauche aussi, on ne nie pas le besoin de réformer la SSR. Mais il s’agit de «transformer plutôt que de démanteler», a dit la présidente des Verts Regula Rytz. La redevance ne doit pas être réduite. Le domaine de la publicité présente par contre une marge de manoeuvre: elle devrait être réduite au bénéfice des médias privés, demandent les Verts.

Les Jeunes Verts ont eux proposé une redevance radio-tv proportionnelle au revenu. Un tel changement soulagerait les personnes gagnant peu, selon le parti.

Du côté des médias, les avis sont partagés sans surprise entre éditeurs privés d’un côté et syndicats et associations de journalistes de l’autre. Le rejet massif de l’initiative No Billag confirme l’attachement des citoyens à des médias de qualité, analyse impressum.

Selon la Fédération suisse des journalistes, il faut maintenant «s’attaquer de toute urgence à la situation de la presse écrite et des médias en ligne». «Les attaques et interventions parlementaires déjà lancées visant à réduire considérablement les redevances et à tailler dans les programmes de la SSR doivent être rejetées», prévient de son côté syndicom.

Poser des limites

Autre son de cloche du côté des éditeurs privés, notamment alémaniques. Le rôle et la mission de la SSR doivent être redéfinis, dit la faîtière Schweizer Medien. Il faut arrêter l’expansion de la SSR. Elle doit avant tout mettre l’accent sur l’information. Et ne pas concurrencer les offres des médias privés dans le domaine de la publicité en ligne.

Le président de la faîtière des télés régionales TELESUISSE André Moesch estime lui qu’il faut «aborder et discuter ouvertement de limitations concrètes de la SSR dans le domaine publicitaire, de l’abandon de certaines chaînes et de la répartition de l’argent de la redevance entre la SSR et les prestataires régionaux».

source: kgk/rtsinfo.ch/ats

La CSSS-N est entrée en matière sans opposition sur le projet du Conseil fédéral 17.022n «Développement continu de l’AI»

La CSSS-N est entrée en matière sans opposition sur le projet du Conseil fédéral 17.022 n «Développement continu de l’AI».

Ce projet, qui concerne principalement les enfants, les jeunes et les assurés atteints dans leur santé psychique, poursuit trois objectifs : la mise à jour de la liste des infirmités congénitales chez les enfants, le renforcement – sous la forme d’offres transitoires entre l’école, la formation et la vie professionnelle – du soutien apporté aux jeunes et aux jeunes assurés atteints dans leur santé psychique et, enfin, l’assouplissement des mesures de réinsertion et l’extension des prestations de suivi en faveur des assurés atteints dans leur santé psychique.

Avant le débat d’entrée en matière, la commission a entendu des représentants de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales ainsi que des associations faîtières des partenaires sociaux, des médecins, des organisations de défense des personnes en situation de handicap, des offices AI ainsi qu’un expert.

La CSSS-N a également mis en place les conditions nécessaires pour que les dispositions relatives aux rentes pour enfant et aux frais de voyage, qui sont toujours pendantes chez elle depuis la révision 6b de l’AI, puissent être examinées lors de la discussion par article du projet.

Communiqué de presse du Parlement suisse du 23 février 2018

Information de la défense des intérêts FSA

Initiative «No-Billag»

Selon la décision du Comité fédératif, lors de sa séance de décembre 2017, la FSA s’engage aussi dans les débats autour de l’initiative «No-Billag».

Concrètement, la FSA informe sur les rapports directs entre le résultat des votes concernant l’initiative «No-Billag», le 4 Mars 2018, et les contenus principaux de l’accord entre la SSR et la FSA signé le 4 septembre 2017.

Le Président de la FSA, Remo Kuonen, et le Secrétaire général de la FSA, Kannarath Meystre, ont signé avec les plus hauts responsables de la SSR, le 4 septembre 2017, un accord, dans lequel la SSR s’engage, entre autres :

  • à augmenter le nombre d’heures annuelles d’émissions audiodécrites de 450, en 2018, à 900, en 2022
  • à rendre tout particulièrement les émissions journalière sur les premiers programmes, entre 18 h et 22 h 30 (période de grande audience), autant que possible accessibles aux personnes aveugles et malvoyantes
  • à acheter, si possible, des médias avec audiodescription et à les mettre à disposition sous cette forme.

L’accord prévoit, à l’article 7, que lorsque la situation législative ou financière de la SSR est modifiée de manière substantielle par rapport à celle de 2017, l’accord doit être renégocié. En d’autres termes, selon le résultat des votes, tout ce qui a été obtenu jusqu’ici est désormais caduc et nous nous retrouvons dans une situation désastreuse.
Conclusion: la FSA rejette l’initiative «No-Billag».

Pour illustrer et faire connaître les conséquences de l’initiative «No-Billag», la FSA a réalisé une brève vidéo.

Lien vers la vidéo en allemand: Initiative «No-Billag» en allemand
Lien vers la vidéo en français: Initiative «No-Billag» en français

Réforme des prestations complémentaires

Une réforme de la «Loi fédérale sur les prestations complémentaires de l’assurance vieillesse, survivants et invalidité» («réforme des PC») est actuellement en consultation auprès des chambres fédérales.

La Commission qui traite le sujet a décidé en fin de compte de diminuer les montants destinés à couvrir les besoins vitaux des enfants âgés de moins de onze ans. Inclusion Handicap était représentée au «hearing», avec l’exigence que la diminution soit compensée par la prise en compte tout au moins d’une partie des frais de garde d’enfant(s).

Une majorité des membres de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national, comme auparavant le Conseil fédéral et le Conseil des États, se prononce cependant pour une augmentation et une adaptation aux paliers régionaux du montant maximal pour le loyer pris en compte. Plusieurs minorités demandent par ailleurs une autre répartition régionale, soit des montants inférieurs.

Nous vous rappelons: les ménages comprenant des personnes au bénéfice de prestations complémentaires annuelles AVS/AI continuent à être exonérés, sur demande, de l’obligation de payer la redevance «Billag». Une exonération rétroactive est désormais possible.

La Défense des intérêts de la FSA suit cette consultation attentivement et informe au moment approprié.

Opéra Jolanta avec audiodescription

Pour la première fois en Suisse alémanique, un opéra va être proposé cette année avec une audiodescription. Le Théâtre Orchestre Bienne Soleure, la Fondation Culture inclusive et la Défense des intérêts ainsi que la Section de Bienne et du Jura bernois de la FSA ont rendu possible, dans une coopération optimale, que Jolanta, un opéra de P. I. Tchaïkovski, soit audiodécrit le 9 février à Bienne et le 3 mars à Soleure, en langue allemande, ainsi que le 15 avril à Bienne, en langue française. Des écouteurs sont prêtés et une brève introduction à l’œuvre est offerte une demi-heure avant le spectacle.

Davantage d’informations et réservation des places avec l’indication «inclusive» auprès des deux caisses des théâtres, à Bienne: 032 328 89 70, kasse.biel@tobs.ch; à Soleure: 032 626 20 70, kasse.solothurn@tobs.ch.

Nous souhaitons particulièrement aux spectatrices et spectateurs aveugles et malvoyants beaucoup de plaisir.

Journées de Soleure

Et voici un autre événement culturel: lors des toutes prochaines Journées de Soleure, un film thématisant le handicap visuel va être montré. Nous vous y rendons donc attentifs. «La fureur de voir» de Manuel von Stürler.

Menacé de cécité, le réalisateur se lance à corps perdu dans une quête sur ce que signifie la perception visuelle. Sa fureur de voir alimente un parcours initiatique qui nous plonge dans l’univers de la vision, et tente de répondre à la question: qu’est-ce que voir? Une combinaison géniale de la science et du vécu:

27 janvier 2018, 09 h 30, «Landhaus», Soleure.
31 janvier 2018, 12 h 00, «Reithalle», Soleure.

L’audiodescription du film est disponible en langue française dans l’application «Greta» pour smartphone.

Après les projections à Soleure, le film vient dans les salles de cinémas suisses dès le 7 février.
Lien vers les Journées de Soleure 2018.

Rassemblement d’AGILE.CH «L’égalité pour les personnes handicapées: MAINTENANT!»

Venez toutes et tous à Berne, sur la Place fédérale, le samedi 17 mars 2018, de 15 h à 16 h 30, et revendiquez clairement avec d’autres personnes concernées une vie sans barrière! – 20 ans d’attente, ça suffit! Inclusion – passons de la parole aux actes! Informez et motivez aussi vos proches à nous rejoindre à cette manifestation.

Tutoriel pour les bancomats avec synthèse vocale

Dans le «newsticker», le 14 décembre dernier, nous vous avons avisé de la réalisation d’une vidéo instructive pour apprendre à utiliser les bancomats avec une synthèse vocale. Cette brève vidéo est maintenant publiée et explique le retrait de billets de banque à l’automate équipé d’une Synthèse vocale:

Lien vers la vidéo en allemand: Tutoriel en allemand
Lien vers la vidéo en français: Tutoriel en français.

Vidéo de formation des CFF – on la trouve ici

Dans le dernier «newsticker», nous vous avons informé au sujet de la vidéo de formation du personnel des CFF. En raison de nombreuses demandes, nous vous indiquons ci-après les liens donnant accès à la version complète des vidéos, au moyen desquelles les CFF forment régulièrement leur personnel:

Version allemande: Lien vers la version allemande
Version française: Lien vers la version française
Version italienne: Lien vers la version italienne.

Meilleures salutations

Défense des intérêts
Téléphone 031 390 88 33
defensedesinterets@sbv-fsa.ch

Fédération suisse des aveugles et malvoyants FSA
Secrétariat général
Könizstrasse 23, case postale, 3001 Berne
sbv-fsa.ch | facebook

Information du département de la défense des intérêts de la FSA

Recours de la FSA accepté
Ajournement de la fermeture de guichets CFF gérés par des tiers
Les points de vente CFF gérés par des tiers seront maintenus au moins jusqu’en 2020. Par cette décision, le Conseil des États s’est rallié à l’avis du Conseil national et répondu ainsi favorablement à une requête de la défense des intérêts de la FSA, qui s’est engagée avec d’autres institutions (notamment l’ATE, la Conférence pour personnes handicapées du canton de Zurich et le Konsumentenforum kf), pour que les CFF maintiennent ce modèle d’agence convivial. D’autant plus que l’achat de billets au guichet, contrairement aux automates souvent difficilement accessibles, convient très bien aux personnes aveugles ou malvoyantes. Les utilisateurs des transports publics pourront ainsi continuer à acheter leurs billets de train dans des points de vente gérés par des tiers, tels que les kiosques ou les filiales Migrolino, les shops Avec, les magasins Volg ou encore les bureaux de poste, et bénéficier ainsi d’un conseil personnalisé. Grâce à l’ajournement jusqu’en 2020 décidé par le Parlement, la fermeture envisagée par les CFF de plus de cinquante points de vente gérés par des tiers n’est pour l’instant plus d’actualité, ce qui laisse suffisamment de temps pour élaborer des solutions de relais permettant d’assurer un accès facilité et qui répondent aux exigences du service universel : un succès pour la FSA et ses membres.

Information de la Bibliothèque Sonore Romande

Le livre sur les quais, 1-2-3 septembre 2017 Morges

Chère auditrice, cher auditeur, chère lectrice, chère lecteur,

Le livre sur les Quais, afin de pouvoir continuer à exister, doit mettre fin, dès l’édition de cette année, à sa politique de gratuité.

L’accès aux conférences, tables rondes, lectures, débats, etc. sera désormais payant http://www.lelivresurlesquais.ch/la-billetterie-est-ouverte/

Le prix sera de CHF 15.- pour 1 jour, CHF 25.- pour 2 jours, CHF 35.- pour 3 jours. Croisières littéraires et Grands débats en plus.

Nous avons appris tout récemment seulement qu’il faudrait également un Pass pour accéder aux lectures proposées par les lecteurs bénévoles de la BSR. Nous regrettons beaucoup cet état de fait.

Si vous nous faites le plaisir de venir écouter une lecture BSR à Morges, le 1, 2 et 3 septembre, ne manquez pas de vous munir du Pass approprié : http://www.lelivresurlesquais.ch/programme/

L’accès au stand BSR qui se trouvera sur le quai du Mont-Blanc est bien sûr gratuit, ainsi que les ateliers découverte du Braille qui y seront animés par des auditeurs de la BSR.

Au plaisir de vous rencontrer peut-être au Livre sur les Quais, nous vous souhaitons à tous une excellente journée.

Isabelle Albanese
Directrice

Apprendre le Lorm – c’est maintenant possible

Le Lorm est un système de lettres représentées par des traits et des points tracés, frappés et tambourinés dans la paume de la main. Les lettres s’enchaînent pour former des mots, puis des phrases. Ce système présente l’avantage de pouvoir communiquer dans sa langue habituelle. Il suffit d’apprendre l’emplacement exact de chaque lettre dans la paume de la main, ce qui requiert concentration et entraînement.

C’est là que l’app Lorm de l’UCBA a tout son sens, avec sa double fonction : permettre d’apprendre le Lorm et de le pratiquer. Afin de favoriser un apprentissage par petites étapes, l’application reprend l’utilisation des groupes de lettres, qui a fait ses preuves dans les cours, dont elle est le complément idéal. Les associations d’entraide pour personnes malentendantes-malvoyantes ou sourdaveugles Tactile et Gersam ont mis cette méthode, développée par les enseignants de Lorm, à disposition pour la nouvelle application.

L’application est conçue principalement pour un usage sur tablette, afin d’obtenir une représentation de la main virtuelle suffisamment grande pour faciliter l’apprentissage. Elle est cependant également disponible sur Smartphone, Androïd ou iOS.

Lien vers le téléchargement de la version Android

Lien vers le téléchargement de la version iOS (pour tablettes)

Une application Smartphone qui décrit le monde…

L’application Aipoly révolutionne la vie quotidienne des personnes malvoyantes ou aveugles, elle transcrit en direct l’environnement de l’utilisateur. Les technologies de reconnaissance visuelle, d’intelligence artificielle et d’assistance vocale se mettent au service des personnes déficientes visuelles pour leur permettre de « voir » à travers leur Smartphone.

Des milliers d’objets sont aujourd’hui identifiables grâce à l’appareil photo et la fonction vidéo des smartphones. L’utilisateur scanne l’objet voulu, Aipoly donne le nom et la taille de ce dernier à haute voix. La personne déficiente visuelle peut donc se projeter dans l’espace et adapter sa gestuelle. En moyenne Aipoly est capable de reconnaître trois objets par seconde et 900 couleurs différentes, une capacité d’action sensiblement remarquable pour une version bêta.

La startup australienne qui développe cette application révolutionnaire veut aller encore plus loin. La prochaine version d’Aipoly proposera une fonctionnalité de reconnaissance des scènes. Très simplement, elle décrira l’environnement dans lequel se trouve l’utilisateur, tout en mettant en relation les objets qui l’entourent, par exemple «un chat sur une table».

Lien pour télécharger la version bêta (en anglais) sur iTunes.